EGLISE

Église de Vollore  

Ouverture de l’Église aux visiteurs

Tous les après-midis de juillet et août

Église dédiée à Saint Maurice, martyr du IIIe siècle.
Saint Maurice est représenté traditionnellement en saint guerrier avec habits militaires, à pied ou à cheval, portant une bannière rouge frappée d’une croix blanche aux extrémités trilobées, patron des militaires et des teinturiers, il est honoré le 22 septembre.

Il est difficile de retrouver l’origine de l’église de Vollore. On peut raisonnablement penser que l’implantation du christianisme à Vollore correspond à l’arrivée chez nous de Stémonius (saint Austremoine) vers 253.

Une étude de l’abbé Guélon en 1890 permet de se faire une idée de l’évolution de l’église Saint Maurice de l’époque Romane jusqu’à nos jours.

Fin XIe début XIIe siècle, construction de l’église romane. On peut supposer cette dernière composée d’une nef unique de trois travées, d’une croisée du transept et d’un chœur avec des chapelles rayonnantes

Par suite de nombreuses transformations au cours des âges, l’édifice se présente aujourd’hui de la manière suivante en allant d’ouest en est :

Une nef de trois travées voûtée en berceau plein cintre sur doubleaux, flanquée de collatéraux voûtés sur croisées d’ogives à profits prismatiques.

La première travée a été renforcée et surmontée au XIXe siècle d’un haut clocher de pierre coiffé par une flèche de charpente couverte en ardoises.

Une sorte de faux transept constitué d’une croisée, surmonté d’une coupole romane sur trompes, et de deux travées nord et sud formant les croisillons, voûtés au XVIe siècle sur des croisées d’ogives à nervures multiples, identiques à celles de l’ensemble du sanctuaire.

Un vaste sanctuaire comportant un chœur profond flanqué de deux chapelles nord et sud, le tout étant couvert par des voûtes sur croisées d’ogives à nervures multiples construites au XVIe siècle.

Une sacristie du XIXe siècle adossée contre le flanc sud du chœur et de la chapelle sud, couverte d’une toiture en appentis.

L’ensemble de l’édifice constitue en fait une « église-halle » couverte par une toiture unique à deux versants sans charpente, dans laquelle les tuiles reposent directement sur un remblai répandu sur les reins des voûtes.

Le clocher occidental néo-classique comporte au-dessus des toitures un étage de plan carré en pierre de taille, surmonté d’un étage octogonal également en pierre de taille, lui même coiffé d’une flèche de charpente couverte en ardoises.

        

Vendredi 12 avril inauguration de la  restauration de l’Église